19 décembre 2007

La transmission du virus de la grippe et la contribution de l’équipement de protection respiratoire individuelle – Évaluation des données disponibles

Le comité d’experts sur la grippe et l’équipement de protection respiratoire individuelle

Demandez une présentation ou posez une question Envoyer une demande

Sommaire

La grippe saisonnière et ses complications envoient en moyenne 20 000 Canadiens à l’hôpital chaque année et causent environ 4 000 décès. On parle de pandémie de grippe lorsqu’une nouvelle souche du virus de la grippe humaine émerge, pour laquelle les gens n’ont que peu ou pas d’immunité préalable, et qui se transmet facilement d’une personne à l’autre de telle sorte qu’elle couvre de grands secteurs géographiques. Même s’il est impossible de prédire quand la prochaine pandémie de grippe se produira et, si cela a lieu, le niveau de virulence de la souche en question, les gouvernements et les organisations internationales doivent élaborer des plans visant à minimiser les conséquences sanitaires, sociales et économiques d’une telle éventualité.

Demandez une présentation ou posez une question Envoyer une demande
Fermer

La question

Comment et où la grippe (saisonnière et pandémique) est-elle transmise ? Suite aux conclusions de cette revue, quelle est la contribution des masques respiratoires (N95) ou des masques chirurgicaux à la prévention de la transmission de la grippe?

Principales constatations

En 2007, l’Agence de la santé publique du Canada a demandé au CAC d’évaluer les modes de transmission du virus de la grippe, ainsi que la contribution des masques respiratoires et chirurgicaux à ralentir la propagation du virus.

Le comité d’experts sur la grippe et l’équipement de protection respiratoire individuelle a conclu que, à l’heure actuelle, les données semblent indiquer que la transmission du virus de la grippe est plus probable par inhalation que par contact indirect. Il a également constaté que les respirateurs de type N95 protègent contre l’inhalation de nombreux types de particules, alors que les masques chirurgicaux portés par les personnes infectées peuvent jouer un rôle dans la prévention de la transmission du virus.

Les conclusions du comité d’experts ont contribué à éclairer les débats sur la valeur de l’hygiène des mains à l’occasion de l’épidémie de grippe A(H1N1) de 2009 et continueront d’être valables pour tous les paliers de gouvernement dans l’élaboration de leurs plans de lutte contre une pandémie.

Comité D'experts

Le comité d’experts sur la grippe et l’équipement de protection respiratoire individuelle

Avis au sujet du COVID-19
Pour en savoir plus