Les incidences socioéconomiques potentielles de la résistance aux antimicrobiens au Canada

Sommaire

L’utilisation des agents antimicrobiens a commencé dans les années 1920, avec la découverte de la pénicilline par Alexander Fleming, qui avait prédit, même à cette époque, l’avènement inévitable de la résistance aux antimicrobiens (RAM). Comme prévu, l’efficacité des agents antimicrobiens a diminué avec le temps et la RAM est aujourd’hui en émergence. Bien que la RAM soit un processus naturel attribuable à l’aptitude innée des pathogènes à s’adapter aux antimicrobiens, elle est favorisée par d’autres facteurs, dont l’utilisation inadéquate des antimicrobiens, les mutations émergentes et la colonisation.

La RAM représente une menace croissance pour la santé mondiale. Les patients contaminés par des pathogènes résistants aux médicaments courent un risque accru de contracter des infections graves, de subir des hospitalisations prolongées et même de mourir. Avec la prévalence des organismes résistants aux antimicrobiens qui augmente constamment, ceux-ci sont en train de devenir les principaux agents d’infection humaine. Même les infections les plus courantes deviennent plus difficiles à traiter avec les médicaments actuellement disponibles. Malgré l’éclosion rapide de la RAM, peu de nouveaux agents antimicrobiens sont en cours de développement. Comme la prévalence des organismes résistants aux antimicrobiens augmente, il est important de comprendre quelles incidences cette situation aura sur les Canadiens, particulièrement sur les populations vulnérables.

Le commanditaire : Agence de la santé publique du Canada

La question: Quelles sont les incidences socioéconomiques de la résistance aux antimicrobiens (RAM) sur les Canadiens et sur leur système de soins de santé?

Fermer

Stade d’avancement de l’évaluation

Le comité d’experts s’est réuni pour la cinquième et dernière fois les 16 et 17 avril à Ottawa pour donner suite aux commentaires fournis par les pairs examinateurs et finaliser le rapport. Il se réunira de nouveau en juin par voie de conférence téléphonique pour approuver la version définitive du rapport, avant de le soumettre au processus de publication. Le rapport devrait être publié en novembre 2019.